Humours, blagues, histoires droles, comiques, rigolotes et Informations gratuites.

A 10 ans, le jour de son anniversaire, elle est hospitalisée pour une tentative de suicide suite a des harcèlements.



Sam,

Lilly-Jo Caldcott était décrite comme un rayon de soleil par ses proches.

Comme toutes les autres filles de dix ans, elle aimait jouer avec ses amis, explorer la nature et passer du temps avec sa famille.

Mais lorsque Lilly-Jo a soudainement commencé à se retirer de ses activités sociales et a cessé de manger, sa mère savait que quelque chose n’allait pas du tout.

Cependant, sa mère n’a jamais imaginé le cauchemar qui allait bientôt se dérouler. 

Après quelques semaines d’école intermédiaire à Worcester, en Angleterre, Lilly-Jo a cessé de vouloir aller à l’école. Elle a admis tout de suite qu’elle avait des problèmes avec une autre fille à l’école, dit sa mère.

L’intimidation, tant physique que psychologique, s’est aggravée et Lilly-Jo est devenue de plus en plus renfermée.

Rien n’a changé

L’amener à l’école le matin était une bataille, car Lilly-Jo était si angoissée ; elle ne mangeait pas et se rendait malade.

Sa mère a dit à Worcester News que pendant 12 semaines elle est allée à l’école tous les jours pour essayer de résoudre le problème avec le personnel, mais rien n’a changé.

Dans une lettre adressée à la directrice de l’école, Jess a décrit l’enfer que Lilly-Jo disait vivre.

« Elle a tiré ses cheveux, l’a poussée, a frappé Lilly-Jo et aussi fermé une porte de casier sur la tête de Lilly-Jo, a marché sur son pied quand il était cassé – la liste est sans fin. »

‘Deux semaines de plus et elle serait morte’

Puis, un lundi après-midi, Lilly a été amenée chez son médecin après avoir admis qu’elle avait pris un nombre indéterminé de comprimés.

Le médecin a dit à Jess d’emmener sa fille aux urgences immédiatement après avoir montré des signes de désorientation. Elle a passé la nuit à l’hôpital et le lendemain matin, son état était stable.

« J’ai maintenant une fille à l’hôpital le jour de son anniversaire, et elle est examinée par des psychiatres « , dit Jess.

Après tout ce qui s’est passé, une jeune fille jadis joyeuse et pétillante avait été réduite à essayer de se suicider:  » Le médecin a dit que si nous l’avions laissée encore deux semaines, elle serait morte. Je ne vais pas enterrer mon enfant « , ajoute Jess.

Jess a retiré sa fille de l’école et aujourd’hui elle se sent capable de parler de son épreuve.

‘Extrêmement sérieux’

Le directeur de l’école a dit qu’après avoir été mis au courant de l’intimidation, des mesures immédiates ont été prises.

« Cette école prend toutes les allégations d’intimidation extrêmement au sérieux, qu’elles soient racistes, homophobes, fondées sur le sexe ou liées à un handicap « , a déclaré le directeur.

« Notre école a une politique antiintimidation stricte. »

Lorsqu’une jeune fille de 10 ans tente de s’enlever la vie à cause de l’intimidation, cela en dit long sur la société et le système d’éducation, malgré les tentatives pour résoudre la situation.

Heureusement, les médecins ont pu sauver Lilly-Jo, mais dans certains cas, les parents sont obligés d’enterrer leurs enfants trop tôt. Les jeunes qui déclarent être fréquemment intimidés par d’autres sont exposés à un risque accru de comportements suicidaires et d’effets négatifs sur leur santé physique et mentale.

Personne ne devrait avoir à enterrer son enfant à cause de l’intimidation! Je partage l’histoire de Lilly pour mettre en lumière cet important sujet et pour sensibiliser tout le monde aux conséquences de l’intimidation.

Si nous pouvons amener plus de gens à lire ce texte et à réaliser à quel point l’intimidation est terrible, nous pouvons éviter que quelqu’un fasse la même chose que Lilly-Jo à l’avenir.

Si l’histoire de Lilly-Jo vous a touché aussi, aidez-nous à sensibiliser les gens à la lutte contre l’intimidation en partageant son histoire dévastatrice dans l’espoir de sauver la vie d’autres enfants.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.