Humours, blagues, histoires droles, comiques, rigolotes et Informations gratuites.

Alcool au volant : le permis ou l’éthylotest, il faudra choisir



Sam,

En cas de premier contrôle avec un taux d’alcool dans le sang de 0,8 g/l, les préfets pourront proposer l’installation d’un éthylotest antidémarrage dans votre voiture au lieu d’un retrait de permis.

Mardi matin, le docteur Philippe Lauwick participait à une commission médicale chargée d’évaluer des cas de conduite en état d’ivresse sanctionnés par la justice. Le président de la commission santé du Conseil national de la sécurité routière (CNSR) tombe sur le dossier d’un homme, condamné pour la première fois après une fête un peu trop arrosée. « Ce monsieur, qui travaillait en tant que commercial, n’avait pas le profil d’un alcoolodépendant, mais il risquait tout de même un retrait de permis de cinq mois et s’il n’avait pas accepté de faire installer un éthylotest antidémarrage (EAD) dans sa voiture, il aurait sans doute perdu son emploi ».

Le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, vient d’adresser une note à tous les préfets les invitant à procéder systématiquement de la sorte pour des personnes contrôlées en situation d’alcoolémie à un taux supérieur à 0,8 g/l, mais qui ne sont pas récidivistes. Dans ce cas, le préfet aura la possibilité d’obliger le contrevenant à ne conduire qu’un véhicule équipé d’un EAD, dans lequel il faut souffler pour prouver sa sobriété avant de pouvoir démarrer.

Éviter la récidive

Cette mesure est une véritable alternative à la suspension du permis de conduire car elle permet à ceux qui utilisent tous les jours leur véhicule, notamment pour se rendre au travail, de conserver leur activité professionnelle tout en garantissant la sécurité des autres usagers de la route », souligne la sécurité routière qui a annoncé mardi la généralisation du dispositif à toute la France.

Impossible en effet de faire démarrer une voiture équipée d’un EAD si votre alcoolémie est positive. Et même si vous avez demandé au passager qui n’a pas bu de souffler à votre place, l’EAD vous redemandera de manière aléatoire de souffler entre 5 et 30 minutes après le démarrage du moteur. « Quand un conducteur se voit contraint d’installer un EAD sur sa voiture, il prend l’habitude de ne pas consommer d’alcool quand il conduit », certifie le docteur Lauwick. « C’est un très bon outil de lutte contre la récidive et cela évite que les gens ne soient désocialisés en perdant leur permis », ajoute le délégué interministériel à la sécurité routière Emmanuel Barbe.

Un coût de 1300 €

Cette mesure a déjà été testée dans sept départements. Notamment dans la Finistère qui compte cinq centres agréés pour l’installation d’EAD et où 400 arrêtés de ce type ont déjà été pris par le préfet. « Cela a notamment permis à un chef d’entreprise, contrôlé à 1 g/l après avoir fêté une fin de chantier, de conserver son permis en équipant sa voiture d’un éthylotest et à un retraité, qui vivait dans un lieu très reculé à la campagne, de pouvoir continuer à se déplacer », détaille le délégué. Installer un EAD pour conserver son précieux sésame a toutefois un coût : environ 1300 € à la charge du contrevenant. Mais il est aussi possible de louer l’appareil (100 € environ par mois, sans compter le prix du montage et du démontage).

Les associations de défense des victimes de la route réclament depuis des années la généralisation des EAD pour les personnes condamnées en état d’ivresse. Elles mettent en avant un chiffre, terrible : 1035 personnes ont perdu la vie en 2017 dans un accident de la route impliquant un conducteur au-dessus des seuils autorisés d’alcoolémie. Et les forces de l’ordre ont constaté la même année pas moins de 123 926 délits d’alcoolémie, soit plus de 20 % des délits routiers.

Source : leparisien.fr

crédit photo : Voix du nord

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.