Humours, blagues, histoires droles, comiques, rigolotes et Informations gratuites.

Alerte aux faux mails des impôts



La Direction générale des Finances publiques (DGFiP) a constaté une hausse des courriels et appels téléphoniques frauduleux qui permettent aux escrocs d’obtenir les données bancaires des victimes.

L'internaute, mis en confiance, dévoile ses données bancaires sans inquiétude, et se les fait voler. © Shutterstock. © Shutterstock

Des courriels frauduleux qui promettent des restitutions d’impôts…

La Direction générale des Finances publiques (DGFiP) est en alerte. En effet, des courriels frauduleux sont de plus en plus nombreux. Les victimes reçoivent des mails de la part de l’administration fiscale et de ses agents, qui sont en réalité des tentatives de fraudes à la carte bancaire. Les escrocs promettent des réductions ou même des restitutions d’impôts.



Ainsi, la personne reçoit un mail dans lequel elle est invitée à cliquer sur un lien qui doit la mener à son compte personnel. Mais cette technique, le phishing (hameçonnage), permet d’avoir la confiance de l’internaute qui dévoile ses données bancaires sans inquiétude, et se les fait voler. Outre les courriers électroniques, la DGFIP a aussi remarqué une hausse des appels téléphoniques frauduleux.

Et des appels téléphoniques pour obtenir des informations bancaires

Cette fois, la méthode est appelée vishing, ou hameçonnage par téléphone (en anglais, une combination de voice et phishing), mais le principe reste le même : obtenir frauduleusement, via un appel téléphonique, des informations personnelles (mots de passe, numéros de comptes bancaires, codes…). La victime est alertée sur une anomalie concernant son dossier fiscal. Pour résoudre ledit souci, il faut rappeler au plus vite un numéro de téléphone surtaxé.



Le fisc rappelle donc qu’il ne faut surtout pas communiquer ses informations personnelles au sujet de ses impôts. Ses services ne les demandent jamais ni par téléphone, ni par e-mails. Ceux qui ont déjà été victimes de ce type d’escroquerie peuvent déposer une plainte au commissariat ou à la gendarmerie. En outre, un site Internet est à leur disposition, de même qu’un numéro de téléphone vert gratuit, mis en place par le gouvernement : 0 805 805 817.

Source : www.radins.com

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.