Humours, blagues, histoires droles, comiques, rigolotes et Informations gratuites.

Déraillement du RER B : «Le chantier va durer très longtemps», prévient la PDG de la RATP



Catherine Guillouard, PDG de la RATP, était sur les lieux du déraillement du RER B, ce mardi matin. L’accident a fait trois blessés légers.

« Les dégâts sont très importants, le chantier va être difficile », souffle Catherine Guillouard, ce mardi matin, bottes au pied en revenant du lieu de l’accident. Devant l’un des quais de la gare de Courcelle-sur-Yvette, sur la commune de Gif-sur-Yvette (Essonne), à plusieurs centaines de mètre du lieu du déraillement d’un RER B, la présidente de la RATP s’avoue incapable de donner une date de reprise du trafic.



Ce mardi matin, le premier RER B en direction de Paris, parti à 5h03 de la gare de Saint-Rémy-lès-Chevreuse (Yvelines), a basculé après que le talus sur lequel il passait s’est effondré. « Trois rames se sont couchées. Une partie du ballast (les grosses pierres qui soutiennent les rails, NDLR) a disparu, les caténaires sont touchées, raconte encore la présidente de la RATP. Ça a dû être effrayant pour les voyageurs ».

A cette heure matinale, ils n’étaient heureusement qu’une dizaine à bord. Sept ont été légèrement blessés.

Le matériel n’est pas en cause. Deux conducteurs étaient aux manettes du véhicule : un process de vigilance a été mis en place lors de conditions météorologiques particulières. Le train roulait en dessous de la vitesse.

Un torrent a emporté le talus

« Cette zone n’est pas considérée comme dangereuse », détaille Stéphane Beaudet, vice-président d’Ile-de-France Mobilités en charge des transports.



Il semblerait à ce stade qu’un torrent s’est créé par les fortes averses, emportant une partie du talus, qui s’est alors effondré au passage du train. « La commune est située en fond de vallée, bordée de coteaux, détaille Michel Bournat, maire (LR) de Gif-sur-Yvette. Du fait des précipitations de ces dernières semaines, les sols sont gorgés d’eau et n’absorbent plus rien. Avec les fortes pluies de cette nuit, l’eau s’est écoulée des coteaux et a créé ces torrents forts. Ce phénomène s’est produit à plusieurs endroits de la commune, dont la zone concernée par le déraillement du train ».



En raison de l’instabilité du sol, la RATP ne sait pas encore combien de temps prendront les réparations. « On ne sait pas si une grue de 50 tonnes ne risque pas de faire s’effondre le sol déjà fragilisé. De temps en temps, les éléments reprennent le dessus, et il faudra faire preuve de patience », poursuit le vice-président d’IDFM. Des sondages des sols sont encore en cours.

Pour l’heure des bus de substitution ont pris le relais du RER B. 4500 personnes circulent quotidiennement sur cette branche.

Source : Le parisien

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.