Disparition de Maëlys : les médiums sont-ils pris au sérieux par les enquêteurs ?

Disparition de Maëlys : les médiums sont-ils pris au

sérieux par les enquêteurs ?

Une cartomancienne utilise un pendule au dessus d\'une carte de France le 22 décembre 2011 au Vernet (Haute-Garonne).

Alors que la fillette n’a pas donné signe de vie depuis

le 27 août, certains voyants et autres

cartomanciens affirment savoir où elle se trouve. Leurs

témoignages sont-ils vérifiés ? Franceinfo s’intéresse à

ce phénomène récurrent dans les affaires médiatisées.

« Un homme est venu me voir, il m’a pris la main et

m’a regardé droit dans les yeux. ‘Je vous le dis

discrètement, si vous allez à cet endroit vous trouverez

la petite’, m’a-t-il dit, avec tellement d’assurance… Il

m’a dit qu’il avait un don depuis qu’il était gamin. Il a

pointé un endroit sur ma carte avec son pendule. J’y

suis allé, je n’ai rien trouvé. » Nour-Eddine Ghaoui est

dépité. Il est l’un des organisateurs de la recherche

citoyenne organisée samedi 2 septembre à Pont-de-

Beauvoisin, petite ville de l’Isère où Maëlys, 9 ans, a

disparu le 27 août. Environ un millier de personnes ont

répondu à son appel. Parmi elles, des médiums et des

radiesthésistes.

Des centaines de lettres et d’appels téléphoniques

Sans parler d’afflux d’appels, une source proche de

l’enquête confirme à franceinfo que

plusieurs médiums et radiesthésistes se sont

manifestés depuis la disparition de Maëlys. Ce

phénomène est récurrent. Disparues de l’Yonne, Estelle

Mouzin, Xavier Dupont de Ligonnès, Fiona, famille

Troadec… A chaque affaire médiatisée, des personnes

contactent les enquêteurs. Ils font part de leurs rêves,

visions ou intuitions dans des lettres ou lors d’appels

téléphoniques. Ils affirment savoir où se trouvent les

personnes disparues.

Dans l’affaire Fiona, par exemple, ils étaient des

centaines. D’abord en mai 2013, lorsque la mère de la

petite fille de 5 ans, Cécile Bourgeon, lance l’alerte en

affirmant qu’elle a disparu dans un parc de Clermont-

Ferrand. Puis quelques mois plus tard, lorsqu’elle et

son compagnon avouent que Fiona est morte, sans

pouvoir dire où ils l’ont enterrée. D’intenses

recherches sont entreprises. Ce forum de l’Officiel de

la voyance regorge de prédictions et visions. Les

enquêteurs ont reçu des courriers de France et

d’autres pays européens, tous avec des avis différents.

Mais le corps de Fiona n’a toujours pas, à ce jour, été

localisé.

Une médium s’est même invitée au procès de Cécile

Bourgeon et de son compagnon, jugés en première

instance devant les assises du Puy-de-Dôme. « Fiona

m’a contactée », affirme-t-elle le 16 novembre 2016 à

la barre, où elle est entendue comme témoin.

La fillette lui a « parlé d’une croix, d’une

pierre », « unpanneau avec un nounours ». En réalité, le

Service régional de police judiciaire (SRPJ) l’avait déjà

entendue en 2013. Les enquêteurs avaient vérifié son

témoignage mais n’avaient rien trouvé. Trois ans plus

tard, elle n’a rien apporté de plus à la cour, si ce n’est

de l’agacement.

Dans l’affaire Fiona, par exemple, ils étaient des

centaines. D’abord en mai 2013, lorsque la mère de la

petite fille de 5 ans, Cécile Bourgeon, lance l’alerte en

affirmant qu’elle a disparu dans un parc de Clermont-

Ferrand. Puis quelques mois plus tard, lorsqu’elle et

son compagnon avouent que Fiona est morte, sans

pouvoir dire où ils l’ont enterrée. D’intenses

recherches sont entreprises. Ce forum de l’Officiel de

la voyance regorge de prédictions et visions. Les

enquêteurs ont reçu des courriers de France et

d’autres pays européens, tous avec des avis différents.

Mais le corps de Fiona n’a toujours pas, à ce jour, été

localisé.

Une médium s’est même invitée au procès de Cécile

Bourgeon et de son compagnon, jugés en première

instance devant les assises du Puy-de-Dôme. « Fiona

m’a contactée », affirme-t-elle le 16 novembre 2016 à

la barre, où elle est entendue comme témoin.

La fillette lui a « parlé d’une croix, d’une pierre », « un

panneau avec un nounours ». En réalité, le Service

régional de police judiciaire (SRPJ) l’avait déjà

entendue en 2013. Les enquêteurs avaient vérifié son

témoignage mais n’avaient rien trouvé. Trois ans plus

tard, elle n’a rien apporté de plus à la cour, si ce n’est

de l’agacement.

« Tout signalement est pris au sérieux »

Dans l’affaire de la disparition de Maëlys, douze

enquêteurs sont mobilisés 24 heures/24, auxquels

s’associent les gendarmes territoriaux de la compagnie

de La-Tour-du-Pin. Que répondent ces derniers aux

médiums et radiesthésistes ? « Tout signalement est

pris au sérieux. Tout ce qui est vérifiable est vérifié. Un

appel reste un appel, aucun n’est pris à la légère »,

explique une source proche de l’enquête.

 

On ne peut pas prendre le risque que dans

six mois, on trouve un élément

déterminant et que quelqu’un dise : ‘Je

l’avais dit aux enquêteurs !’

Les informations données par les médiums

ne sont pas prises en compte dans les

investigations, sauf si la famille le

demande.

Source franceinfo.

 

 

Laisser un commentaire

error: Alert: Contenu protégé !!
%d blogueurs aiment cette page :