Humours, blagues, histoires droles, comiques, rigolotes et Informations gratuites.

Ehpad : Une femme malade de 81 ans a été violée pendant des mois, alors que les médecins étaient au courant mais ne disaient rien.



                        photo d’illustration…

« Maman a été violée. L’équipe médicale savait mais n’a rien dit »

Le 15 mars, les employés des Etablissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) manifesteront leur ras-le-bol pour la deuxième fois de l’année : des sous-effectifs chroniques épuisent les soignants, soutenus par leurs directeurs.

Quant aux résidents, ils peuvent mourir d’un manque de vigilance médicale. Avec le vieillissement de la population, 2 millions de Français seront concernés en 2025.

Qu’ils soient commerciaux, publics ou privés-associatifs, impossible de juger de leur qualité, vu de l’extérieur. Voici le témoignage accablant de Fabienne, la fille de Jeannine, 81 ans, rapporté par le magazine Paris Match :


« Maman décline lentement mais elle ne veut pas entrer en Ehpad. Je m’y refuse. Je culpabilise. Jusqu’à une nuit de février où elle se retrouve dehors, en chemise de nuit. Elle est diagnostiquée Alzheimer et ne reviendra jamais chez elle. Une place se libère en Ehpad.

« Elle partage sa chambre avec une autre résidente dont le mari loge aussi dans l’établissement. Un homme charmant, élégant. L’état de santé de maman se détériore très vite. On me parle d’une “évolution normale”. Je n’y crois pas. Je m’inquiète et lance l’alerte à plusieurs reprises. Une psychologue évoque des soins palliatifs et on la change de chambre. »


« Une aide-soignante finit par accepter de me donner accès à son dossier médical. Je découvre que, pendant plusieurs mois, maman a été agressée sexuellement par le mari de sa voisine de chambre. »

« Toute l’équipe médicale (aides-soignants, infirmier, médecin coordinateur) était au courant et n’a rien dit, rien notifié ! Je signale les faits à l’Agence régionale de santé qui n’obtient de l’Ehpad aucune explication satisfaisante. J’ai été déboutée de ma plainte contre le médecin coordinateur, lequel continue d’exercer.


« Lors de son audition, ses explications étaient ubuesques, révoltantes, et je n’ai pas eu le droit de m’exprimer. J’ignore si l’agresseur de ma mère est toujours en vie et à combien de reprises il l’a agressée. Ses autres victimes se sont-elles manifestées ? Le ­pouvaient-elles ? Maman a intégré un nouvel Ehpad, elle y est bien traitée. »

 

À bout de souffle, les personnels des EHPAD des Hauts-de-France en grève.

 

 

Source : amomama……Youtube France 3 Hauts-de-France

Crédit photo: Istock

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.