Humours, blagues, histoires droles, comiques, rigolotes et Informations gratuites.

Grippe : le seuil épidémique est atteint en Ile-de-France



1 485 personnes se sont présentées aux urgences pour la grippe la semaine dernière et 112 d’entre elles ont été hospitalisées. (Illustration) LP/ARNAUD DUMONTIER
 Après les rhumes, la vraie grippe fait son apparition.

Une fièvre brutale, jusqu’à 39° C, une grande fatigue, voire une gêne respiratoire ? Vous avez peut-être la grippe. Ce mercredi, les données actualisées par Santé publique France ont montré que la région Ile-de-France était passée maintenant au stade «épidémique», et une large partie du pays est en «préépidémie». Seuls l’est de la France et Rhône-Alpes-Auvergne sont pour l’instant épargnés.

Va-t-elle être grave ? Pour l’instant, il est difficile de le savoir. L’an dernier, la mortalité avait été particulièrement élevée, avec 14 400 décès liés à la grippe. Le virus qui circulait très majoritairement était surtout le virulent A (H3N2). Il avait entraîné beaucoup d’hospitalisations pour infection respiratoire aiguë chez des personnes âgées, notamment à la suite de cas groupés en maisons de retraite. Qu’en est-il cette année ? «Pour l’instant, il n’y a pas un seul virus de grippe qui domine, c’est plutôt un panaché de différentes souches. Il y a des virus A (H1N1 et H3N2), et aussi beaucoup de virus B. C’est a priori moins agressif que l’an dernier, mais il faut attendre encore quelques semaines pour en être sûr», explique le docteur Sibylle Bernard-Stoecklin, épidémiologiste à Santé publique France.


La semaine dernière, 1 485 personnes se sont présentées aux urgences pour la grippe, avec une hospitalisation pour 112 d’entre elles. Mais pour l’instant, il n’y a pas beaucoup de complications importantes. «On est sur une épidémie assez classique, qui commence comme souvent mi-décembre. Mais elle touche beaucoup de monde. On a fait plus de 5 000 consultations cette semaine. Et on s’attend à ce que cela augmente encore au cours des prochains jours », ajoute le docteur Serge Smadja, secrétaire général de SOS Médecins.

Peut-on encore se faire vacciner ? Les professionnels sont unanimes : «Oui, il est encore conseillé de se faire vacciner, en particulier pour les personnes âgées et les plus fragiles», précise le docteur Bernard-Stoecklin. La raison est la suivante : «Un vaccin met quinze jours à être efficace, mais comme l’épidémie dure en général neuf semaines, cela vaut le coup. Mais bien sûr, c’est encore mieux d’avoir pris les devants», ajoute le docteur Smadja, de SOS Médecins.



Puis-je l’attraper tous les ans ? Le vaccin présente l’intérêt de «doper» nos anticorps, nous rendant plus costauds face au virus. Ce phénomène protecteur se produit aussi si on a déjà été grippés, au cours des semaines précédentes. «C’est pour cette raison que vous n’aurez pas la grippe deux fois la même saison. Mais ce n’est pas parce que vous l’avez eue l’an dernier que vous ne l’attraperez pas cette année, car les virus qui circulent ne sont pas les mêmes», poursuit-il. Il n’existe pas de conseils permettant d’être sûr d’éviter la grippe, mais pour s’en prémunir – et éviter de contaminer son entourage si on est porteur de virus sans le savoir -, il faut se laver les mains régulièrement, ne pas éternuer en direction des autres et ne pas rendre visite à des gens fragiles si l’on est atteint.

Source le parisien

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.