Humours, blagues, histoires droles, comiques, rigolotes et Informations gratuites.

Les plus aisés paieront-ils encore la taxe d’habitation



Sam,

Résultat de recherche d'images pour "bruno le maire"

Bruno Le Maire a ouvert la porte à cette possibilité. Et le porte-parole du gouvernement a confirmé que la réflexion était « sur la table ».




Le gouvernement pourrait renoncer à supprimer la taxe d’habitation pour les 20 % des Français les plus aisés, si cette demande ressort du débat national initié par le président de la République, Emmanuel Macron, pour sortir de la crise ouverte par les Gilets jaunes. Cette possibilité «est sur la table », a expliqué ce lundi le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux sur France Inter.C’est le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire qui a le premier, dimanche, laissé la porte-ouverte. «On peut très bien demander aux Français : Est-ce que vous estimez que pour les 20 % les plus riches, il est légitime de supprimer ou non la taxe d’habitation ? », a soutenu Bruno Le Maire, lors du Grand Rendez-vous Europe 1-CNews-Les Echos.



La suppression de la taxe d’habitation pour 80 % des ménages est une promesse électorale d’Emmanuel Macron qui doit être effective d’ici 2020. Elle a déjà été réduite de 30 % en octobre et une nouvelle baisse d’un tiers est prévue en octobre prochain.

Passer l’étape du Conseil constitutionnel

Quant au volet sur les 20 % restants, il n’est pas encore entré dans la loi. « Nous avons engagé cette suppression de la taxe d’habitation les plus modestes, pour les ménages qui ont le plus de mal à boucler les fins de mois. C’est un soutien important à leur vie quotidienne. (…) Si nous répondons non à chacune des demandes des Français, si nous ne sommes pas capables d’écouter la demande de justice qui s’exprime partout en France, nous ne réussirons pas le débat », a poursuivi Bruno Le Maire.



S’il est approuvé lors du débat national, le maintien de la taxe pour les ménages les plus aisés devra encore passer l’étape compliquée du Conseil constitutionnel : dans leur avis sur le projet de loi de Finances 2018, les Sages ont averti qu’ils seraient vigilants à « la façon dont serait traitée la situation des contribuables restant assujettis à la taxe d’habitation dans le cadre d’une réforme annoncée de la fiscalité locale ».

« C’est une question de droit soulevée par le Conseil constitutionnel et ce sera tranché dans le cadre d’un débat au parlement », a confirmé Benjamin Griveaux ce lundi.


Source : Leparisien.fr

crédit photo : Gala.fr

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.