Humours, blagues, histoires droles, comiques, rigolotes et Informations gratuites.

Qui a tué le husky Snow ?



Sam,

Le chien a été retrouvé à la lisière d’un bois à Hanvoile (Oise), tué d’une balle dans la tête. Un appel à témoins et une pétition ont été lancés pour demander justice.

« Je ne souhaite qu’une chose, retrouver l’auteur qui a abattu mon chien », pleure Jessica Ména-Chacon, qui a découvert son husky, Snow, tué d’une balle dans la tête, le 13 mars dernier, à 2 km de son domicile. Il y a quelques jours, une pétition a été lancée par la fédération française de la protection animale (FFPA) pour demander justice. Plus de 4 300 personnes soutiennent déjà la cause.

« On lance un appel au meurtrier de Snow. Son acte ne restera pas impuni. Nul n’est au-dessus des lois », appuie Sylvain Dumont-Amrein, président secrétaire général de la FFPA, qui recherche aussi des témoins.Sponsorisé par OpelOpel Corsa Edition 120 ansLa citadine pleine de ressources Avec Reprise Argus + 4 000 € Voir conditions

Une balle dans la tête, une autre dans les côtes

C’est le 11 mars dernier, vers midi, que le chien s’est échappé de chez Jessica, se faufilant par le trou du grillage derrière le chalet du jardin, à Hanvoile, près de Gerberoy. « Il y avait beaucoup de vent ce jour-là, et la planche qui bouchait le trou est tombée. Quand je suis sortie pour appeler mon chien, il avait disparu », raconte Jessica. Après deux jours de recherches, le husky de 4 ans est retrouvé mort en lisière d’un bois, à Martincourt, au niveau de la rue de la Vallée.

Sur place, la gendarmerie de Formerie fait état d’un chien abattu d’une balle en pleine tête, à bout portant, et d’un autre impact au niveau des côtes, à gauche. « La personne qui a tué Snow m’a mise à terre… J’aimerais que ce soit un cauchemar », témoigne la propriétaire.

«Son odeur me manque»

Celle-ci décide alors de porter plainte pour « sévices graves ou actes de cruauté envers un animal domestique apprivoisé ou captif », au commissariat de Formerie. L’enquête est toujours en cours. « Il est possible de pratiquer une autopsie sur un chien par un vétérinaire. La balle extraite peut constituer une preuve », indique la compagnie de Beauvais.

Depuis le drame, la jeune femme de 26 ans a du mal à rester seule chez elle. « Je ne suis pas à l’aise quand mon compagnon part au travail. Il y a un grand vide. C’est difficile de tourner la page, son odeur me manque », raconte-t-elle.

Jean-Marie Bigard présent pour la marche blanche

Pour cette mère d’un bébé de huit mois, Snow, son premier chien, était comme son « fils ». Sa niche, sa gamelle et ses jouets trônent d’ailleurs toujours dans la pièce principale. « Je n’arrive pas à les jeter. C’est plein de souvenirs », lâche Jessica, émue. Elle conserve même son urne funéraire dans sa chambre.

La FFPA prévoit d’organiser une marche blanche sur les lieux du drame, le 5 mai prochain, dans l’après-midi. L’humoriste Jean-Marie Bigard, parrain de cette cause, sera présent.

Source: leparisien.fr

crédit photo : DR

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.