Humours, blagues, histoires droles, comiques, rigolotes et Informations gratuites.

Si vous voulez être tendance, mettez-vous aux baskets moches !



Sam,

Oubliez les talons hauts, la mode est aux baskets moches aux semelles épaisses. Le beau, celui qu’on arbore même s’il fait terriblement mal aux pieds, s’efface au profit du confort absolu.

Julia, 13 ans, collégienne de Maisons-Alfort (Val-de-Marne), sait exactement ce qu’elle veut : une paire de Disruptor. Derrière ce nom un brin barbare se cachent des baskets de la marque Fila qui ne répondent pas franchement aux critères classiques de l’élégance. Elles affichent un air pataud, des lignes cassantes et un cuir trop épais sur une énorme semelle au look agressif et taillée en dents de requin.PUBLICITÉ

i

Aux Etats-Unis, on les appelle des « dad’s shoes », des chaussures « à la papa », en référence aux grosses godasses de sport prisées depuis les années 1980 par les parents et les grands-parents qui n’en ont que faire de la mode et privilégient le confort. En France, ce sont des « baskets moches ». Mais attention, moche ne veut absolument pas, dans ce cas précis, dire forcément ringard. Bien au contraire !

Des paires à 700 euros… en rupture de stock

Comme pour les Vans, c’est à quelques marques de luxe que l’on vaut le lancement de cette tendance qui étonne le quidam non initié aux subtilités du « chic ». Les premiers spécimens ont pointé le bout de leur semelle sur quelques podiums des défilés automne et printemps été 2018.L

<

Chez Louis Vuitton (avec le modèle Archlight), Chloé, Gucci ou encore Balenciaga qui, avec ses Trainers Triple S (régulièrement en rupture de stock malgré un tarif stratosphérique de 700 € !), a joué les précurseurs dès le début 2017. Les marques grand public comme Fila ont suivi.PUBLICITÉ

« Porter ce style de baskets correspond à une tendance de fond qui prend de plus en plus d’ampleur, analyse Constance Denis, styliste à l’agence de tendances Peclers Paris. Il s’agit de sacrifier le beau, celui qu’on s’oblige à afficher même s’il fait terriblement mal aux pieds, au profit du confort absolu. De plus en plus de monde fait ce choix et cela devient un mouvement de mode pour celles et ceux qui revendiquent et assument porter du moche ! »

« Elles sont horribles, mais si ça lui fait plaisir ! »

Pour Elizabeth Semmelhack, conservatrice du musée Bata de la chaussure à Toronto (Canada), récemment citée par l’édition américaine de « Cosmopolitan », cette tendance profite du terreau « normcore », qui consiste à privilégier le plus simple dans ses vêtements et accessoires. L’historienne pointe aussi un effet revendicatif dans un monde de la basket historiquement très masculin. « La mode féminine actuelle vit un moment intéressant avec une très forte baisse de la cote du talon haut, ce qui n’est pas, je pense, sans rapport avec le mouvement #MeToo. »L

Julia, du haut de ses 13 ans, reste loin de ces considérations mais assume son choix. « Il n’y a qu’une ou deux filles dans ma classe qui en portent mais j’aime bien. Je trouve qu’elles donnent un style sport. » Sa maman ne partage pas son avis mais les a déjà commandées, pour 120 €, sur Internet. « Elles sont horribles, tranche-t-elle, mais si ça lui fait plaisir ! »

Source :Leparisien.fr

Crédit photo : LP

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.