Humours, blagues, histoires droles, comiques, rigolotes et Informations gratuites.

«Surfer» sur le toit des trains, le dangereux phénomène à la mode



 Des accidents assez fréquents liés à une nouvelle pratique qui foisonne sur les réseaux sociaux, le « train-surfing ». Autrement dit, le fait de se tenir debout sur le toit d’un train en mouvement. Une activité extrêmement dangereuse et qui connaît un succès croissant à travers le monde.

Flickr/davidpc

Les images sont vertigineuses. Caméras embarquées, les adolescents progressent de toit en toit sur les wagons du métro en mouvement, esquivant les lignes à haute tension ou l’entrée des tunnels. Parfois cramponnés sur les flancs du véhicule, ils évitent des trains qui arrivent en sens inverse et les obstacles qui bordent les voies ferrées. Le tout sur des machines lancées à pleine vitesse. Le « train-surfing » a, depuis quelques années, le vent en poupe et les vidéos pullulent sur les réseaux sociaux.



Mais cette pratique risquée coûte régulièrement la vie à un certain nombre de jeunes en quête d’adrénaline. Samedi 28 octobre, un homme de 20 ans a été transporté dans un état très grave à l’hôpital après être tombé du toit d’un wagon à Villejuif, dans le Val-de-Marne. Un accident qui survient quelques jours après la mort d’un adolescent de 16 ans dans des circonstances similaires dans le XVe arrondissement de Paris.

Après avoir grimpé sur une rame de la ligne 6, prisé des adeptes du train-surfing en raison de ses tronçons aériens, l’adolescent a percuté la verrière du toit de la station Bir-Hakeim avant de basculer sur les voies. Malheureusement, ce drame n’est pas le premier du genre. Déjà fin décembre 2016, un Britannique de 17 ans avait connu un sort semblable, sur la même ligne de métro, toujours dans la capitale française Mais la France n’est pas le seul pays concerné par ce phénomène, loin de là. A la recherche de sensations fortes, des jeunes du monde entier s’adonnent à cette dangereuse mode avant de poster leurs exploits sur YouTube. De New York à Melbourne, en passant par Moscou, Kiev ou Londres, ces surfeurs d’un autre genre utilisent les moyens de transport comme un véritable terrain de jeu..



Allemagne, Russie, Afrique du Sud, Inde…

Si voyager sur les toits à cause des trains bondés ne date pas d’hier et reste toujours d’actualité dans nombre de pays, en faire une activité à part entière pour les sensations qu’elle procure remonte à la fin des années 1980 et au début des années 1990. Le train-surfing s’est d’abord développé en Allemagne avec le « S-Bahn surfing » (du nom des trains de banlieue allemands) et en Russie, où ses adeptes ont commencé à s’organiser et à se faire appeler « zatseperi » (du verbe « s’accrocher » en russe).

A l’origine, on attribue l’émergence de cette pratique à des jeunes désœuvrés vivant à proximité des chemins de fer. « Ce n’est ni un sport ni un moyen de défier les autorités, expliquait à l’AFP le sociologue russe Alexandre Tarassov en 2014. C’est un moyen de tuer le temps pour des jeunes dont personne ne s’occupe, ni l’Etat, ni la société, ni leurs familles. »



Un contexte social qu’on retrouve notamment en Afrique du Sud. En 2014, le photojournaliste italien Marco Casino a mis en lumière dans son documentaire Surfing Soweto la mode de ce qui est appelé dans les bidonvilles de Johannesburg, le « staff riding ». Pas de danse sous les lignes électriques et courses effrénées sur les quais ou les voies, les surfeurs de la ville de Katlehong expliquent que « c’est un moyen d’expression, une façon d’exorciser ta colère ».

voir la vidéo

 

 

Source: Rikke Brewer

crédit photo: Flickr/davidpc_

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.