Humours, blagues, histoires droles, comiques, rigolotes et Informations gratuites.

une vache sauvagement mutilée avec une arme blanche



Loire-Atlantique : une vache sauvagement mutilée avec une arme blanche




Une vache jersiaise de la petite ville de Bouvron a été violemment agressée dans la nuit du 6 au 7 septembre. Déjà brutalisé en juin, l’animal a cette fois-ci eu le cuir lacéré.

 

« C’est un acte cruel et absurde, qui témoigne d’un profond dédain pour la vie animale », a réagi la mairie de Bouvron dans un communiqué publié quelques heures après l’agression d’une vache prénommée « Fontaine ».

 

Agressé dans la nuit du jeudi 6 au vendredi 7 septembre, l’animal a eu le cuir lacéré pas moins d’une cinquantaine de fois alors qu’il se trouvait dans son enclos, devant le pôle enfance de cette petite commune située entre Blain et Savenay, en Loire-Atlantique.

D’après le vétérinaire intervenu en urgence, les blessures auraient été provoquées par une lame. Il pourrait s’agir d’un couteau ou d’un autre objet tranchant.



« C’est incompréhensible ! Car il faut vraiment être déterminé, faire ça la nuit, dans une école, contre une même vache », a déclaré Marcel Verger – le maire de Bouvron – sur les ondes de France Bleu.

Un acte malveillant loin d’être isolé



La vache Fontaine participe depuis plusieurs années à un dispositif municipal d’écopâturage à travers lequel des moutons et des bovins entretiennent naturellement certains espaces verts.

Cette vache avait déjà été la cible d’une attaque au mois de juin : elle avait été frappée avec « un bâton ou un flexible végétal » selon M. Verger.

En 2017, le bac à eau de Fontaine avait volontairement été vidé en plein été rapporte également France 3.

Les services de la commune ont désormais « peur qu’il y ait une escalade de la violence ».

La mairie de Bouvron, qui a immédiatement déposé plainte auprès de la gendarmerie, a néanmoins affirmé que « ce cas de cruauté envers un animal sera traité avec la sévérité qui s’impose ».

La municipalité a aussi voulu rassurer les élèves de l’école publique, particulièrement attachés aux deux vaches et aux moutons qui paissent à côté de leur établissement scolaire.

« La communauté pédagogique va être également sollicitée pour expliquer aux enfants ce qui s’est passé et gérer les effets que ce « spectacle » peut provoquer sur les enfants », a précisé la mairie dans son communiqué.



« Les élus […] ne ménageront pas leurs efforts pour trouver le ou les auteurs de cet acte inqualifiable », conclut la municipalité.

Source : Epochtime.fr

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.